You are here: Home > News > Press releases > Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés
Print Page

Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés

14 Jun 2010


  • Tokyo devient la ville la plus chère au monde pour les expatriés
  • Oslo est la ville la plus chère d’Europe ; la capitale moldave, Chisinau, la moins chère
  • Paris est la 10e ville la plus chère d’Europe, 16e au classement mondial
  • La fluctuation des monnaies demeure le facteur le plus influant sur l’évolution du coût de la vie

ECA International, le principal fournisseur de solutions et d’informations pour les professionnels des ressources humaines internationales, publie les résultats de sa dernière étude sur le coût de la vie.
 
Réalisée à partir d’un panier moyen composé de biens de consommation et services communément consommés par les expatriés, l’étude compare le niveau des prix dans 400 villes et lieux du monde. Ces données sont utilisées par les professionnels des RH pour calculer les primes de coût de la vie qu’elles accordent à leurs expatriés. Le coût de la vie pour les expatriés varie en fonction de l’inflation, de la disponibilité des produits et des taux de change, tous ces facteurs pouvant avoir un impact significatif sur le niveau de ces primes.
 

Europe

Oslo redevient la ville la plus chère d’Europe pour les expatriés. La consolidation de la couronne a permis à la capitale norvégienne de se hisser au rang de la ville la plus chère d’Europe devant Copenhague, en tête de classement en juin 2009. La hausse du prix du pétrole et la bonne réputation de la Norvège auprès des investisseurs ont contribué au renforcement de la monnaie locale, ayant un impact direct sur le coût de la vie.
 
Certaines villes suisses ainsi qu’Helsinki, Moscou et Paris figurent également en tête du classement européen.
 
Les villes russes, qui avaient chuté l’an passé en raison de la faible valeur du rouble, remontent dans le classement alors que les prix du pétrole sont en hausse, la Russie étant le plus grand producteur de pétrole au monde.
 
Les villes suédoises connaissent la plus forte inflation en raison du cours particulièrement élevé de leur devise. A l’image de la Norvège, la Suède est appréciée des investisseurs par comparaison aux pays de la zone euro.
 
« Les entreprises qui envoient des expatriés en mission à l’étranger calculent les indemnités de coût de la vie de façon à garantir la stabilité de leur pouvoir d’achat durant leur mission », explique Frédéric Franchi. « Les variations du coût de la vie dans des villes telles qu’Oslo, Moscou ou Stockholm mettent en évidence le besoin des entreprises de s’adapter en fonction des taux de change et des prix afin de gérer au mieux les indemnités allouées aux expatriés ».
 
La faiblesse de la livre sterling, en comparaison à sa valeur précédant la crise économique, a provoqué une baisse des prix pour les visiteurs au Royaume-Uni. Londres se retrouve moins onéreuse que d’autres villes européennes telles que Munich, Amsterdam ou Bruxelles. Les villes du Royaume-Uni demeurent parmi les moins chères d’Europe, au même titre que Prague, Varsovie ou encore Budapest.
 
La situation économique actuelle, incertaine, de la zone euro rend la valeur de la devise européenne particulièrement fragile.
« Les variations de la valeur de l’euro constituent pour les entreprises un facteur déterminant dans la gestion des indemnités de leurs expatriés en mission à l’intérieur comme à l’extérieur de la zone euro », explique Frédéric Franchi. « Si la valeur de l’euro continue de baisser comme nous avons pu le voir ces dernières semaines , les entreprises vont devoir surveiller de près l’ampleur de cette dévaluation et revoir le montant de leurs indemnités de façon à ce que les expatriés ne soient pas affectés négativement par cette baisse de l’euro ».
 
Chisinau, Minsk et Kiev sont les villes les moins chères de la région pour les expatriés.
 

LES VILLES LES PLUS CHÈRES D’EUROPE

Rang Européen 2010

Ville

Rang Mondial 2010

1
Oslo
2
2
Stavanger
6
3
Copenhagen
8
4
Geneva
9
5
Zurich
10
6
Bern
11
7
Basel
12
8
Helsinki
14
9
Moscow
15
10
Paris
16
11
Stockholm
21
12
Vienna
24
13
Brussels
25
14
Berlin
26
15
Strasbourg
32
16
Gothenburg 
33
17
The Hague
35
18
Munich
36
19
Luxemburg City
38
20
Rome
39
21
Lyon
42
22
Anvers
44
23
Dusseldorf
49
24
Athens
50
25
Toulouse
51
26
Milan
56
27
Dublin
57
28
St Petersburg
59
29
Istanbul
60
30
Amsterdam
62
31
Hamburg
63
32
Stuttgart
64
33
Frankfurt 
65
34
Madrid 
68
35
Barcelona
71
36
Ankara 
72
37
Rotterdam 
76
38
Turin
77
39
Central London
78
40
Eindhoven
80
41
Zagreb
84
42
Lisbon
87
43
Ljubljana 
94
44
Tbilisi 
104
45
Tallinn 
105
46
Outer London
107
47
Porto 
108
48
Edinburgh
109
49
Riga
110
50
Sofia
120
51
Reading 
127
52
Southampton 
131
53
Bratislava 
133
54
Prague 
137
55
Manchester 
139
56
Channel Islands
141
57
Birmingham 
146
58
Belfast 
147
59
Varsovie 
148
60
Cardiff 
149
61
Budapest 
150
62
Glasgow 
151
63
Leeds 
155
64
Norwich 
159
65
Aberdeen 
160
66
Vilnius 
169
67
Sarajevo 
172
68
Belgrade 
175
69
Skopje 
177
70
Bucharest 
183
71
Kiev 
184
72
Minsk 
219
73
Chisinau 
232

Faits marquants par continent

 

Australie

Le coût de la vie en Australie est, pour les expatriés, nettement plus élevé aujourd’hui que lors de l’enquête réalisée par ECA en mars 2009. La régularité de la croissance économique du pays a contribué à renforcer la valeur du dollar australien. D’après l’enquête ECA, Canberra figure en tête des villes les plus chères d’Australie, suivie de Sydney, Melbourne, Perth, Brisbane et Adelaide.
 

Amériques

D’après l’étude, Rio de Janeiro est la destination la plus onéreuse du continent américain pour les expatriés. En contraste total par rapport à l’année précédente, la recrudescence de la  demande en matières premières a renforcé la valeur du real et permis aux villes brésiliennes de remonter nettement dans le classement.
 
Le coût de la vie au Venezuela est soumis à de constantes fluctuations du fait de l’instabilité des taux de change. Le taux officiel a été dévalué au mois de janvier et l’ancrage au dollar US de la monnaie locale a été suspendu. Afin d’estimer le montant des indemnités à verser à leurs expatriés, les entreprises sont tenues de surveiller la situation.
 
La chute de la valeur du dollar a entrainé une légère baisse du coût de la vie dans la plupart des villes d’Amérique du Nord. Manhattan reste toutefois la destination la plus chère, suivie de Honolulu.
 
A l’opposé, le dollar canadien est devenu plus fort et il en résulte une augmentation du coût de la vie dans les grandes villes canadiennes. Vancouver occupe la place de la ville la plus chère du Canada pour les expatriés, suivie d’Ottawa et de Toronto.
 

Asie

Tokyo figure en tête du classement asiatique et mondial. Elle est, pour les expatriés, la ville la plus chère du monde. Nagoya et Yokohama viennent respectivement en 4e et 5e position du classement mondial.
 
Les villes coréennes Séoul et Busan font leur entrée dans le Top 10 asiatique des villes les plus chères parmi les destinations étudiées, rejoignant ainsi leurs sœurs japonaises. Hong Kong, Beijing, Shanghai et Singapour figurent également en tête de classement.
 
La forte valeur du won, qui s’ajoute à une croissance économique importante, a contribué à l’augmentation du coût de la vie dans les villes coréennes de manière considérable. De la même façon, la consolidation de la valeur du bhat en Thaïlande et de la roupie indonésienne fait de ces pays des destinations de plus en plus onéreuses pour les expatriés.
 
Inversement, les villes chinoises sont devenues moins chères. Shanghai a reculé de 18 places dans le classement et Beijing a baissé de 29 places. Ce recul dans le classement général est dû à l’indexation du yuan par rapport au cours affaibli du dollar. Shanghai reste toutefois la ville la plus chère du pays, suivie par Beijing et Guangzhou.
 
De nombreux pays asiatiques ont connu de fortes inflations entre les deux enquêtes menées par ECA. Il s’agit notamment de la Thaïlande, l’Inde, les Philippines et le Vietnam.
 
« Combattre l’inflation constitue l’un des challenges majeurs pour les pays d’Asie sortant de la récession économique » observe Frédéric Franchi.  « Les dépenses des expatriés ont considérablement augmenté, même au sein des économies développées, dans des villes telles que Hong Kong ou Singapour »
 

Afrique et Moyen-Orient

Bien que laissant cette année la première place du classement mondial à Tokyo, Luanda en Angola reste la ville la plus coûteuse du continent africain. La difficulté d’approvisionnement rend beaucoup plus onéreux des produits qui ne sont pas immédiatement disponibles sur place. La hausse des prix à Luanda constatée pendant la période observée a été largement compensée par le décrochage de la monnaie locale par rapport au dollar US.
 
« Certains pourront être surpris de voir Luanda figurer parmi les 3 villes les plus chères au monde » remarque Frédéric Franchi. « Cependant il faut garder à l’esprit que l’acheminement des biens dans cette partie du monde est particulièrement difficile du fait de l’absence d’infrastructure appropriée, résultant de plusieurs années de conflit ».
 
Malgré la consolidation du rand, les villes d’Afrique du Sud demeurent parmi les moins chères  du monde, une bonne nouvelle pour tous ceux qui souhaitent s’y rendre pour assister à la coupe du monde !
 
Au Moyen-Orient, Tel Aviv figure en tête des villes les plus chères. La moins chère étant Jeddah en Arabie Saoudite. Quant aux Emirats, Dubaï et Abu Dhabi ont perdu quelques places au classement.

 

50 VILLES LES PLUS CHÈRES AU MONDE

Classement 2010 

Ville

Classement 2009 

1
Tokyo
2
2
Oslo
8
3
Luanda
1
4
Nagoya
3
5
Yokohama
4
6
Stavanger 
14
7
Kobe 
6
8
Copenhagen 
7
9
Geneva 
9
10
Zurich 
10
11
Bern
13
12
Basel
11
13
Libreville 
12
14
Helsinki 
15
15
Moscow 
29
16
Paris 
16
17
Abidjan 
17
18
Abuja 
19
19
Tel Aviv
24
20
Seoul
102
21
Stockholm 
80
22
Jerusalem 
27
23
Kinshasa 
20
24
Vienna 
23
25
Brussels 
35
26
Berlin 
22
27
Canberra 
149
28
Rio de Janeiro
132
29
Manhattan
18
30
Sydney 
150
31
Baku 
21
32
Strasbourg 
31
33
Gothenburg 
99
34
Hong Kong
30
35
The Hague
36
36
Munich 
34
37
Melbourne 
163
38
Luxembourg City
40
39
Rome 
38
40
Brisbane 
169
41
Honolulu
25
42
Lyon 
44
43
Perth 
168
44
Antwerp 
43
45
Adelaide 
172
46
Shanghai 
28
47
Cameroon 
50
48
New York
32
49
Dusseldorf 
41
50
Athens 
49

 
 
Le coût de la vie : méthodologie de l’enquête
ECA International définit et compare le niveau de coût de la vie dans 400 villes du monde sur la base d’un panier moyen composé de  biens de consommation et services. Ces articles ont été choisis car ils représentent les produits et services typiquement achetés par les consommateurs. Ces données sont utilisées par les clients d’ECA pour calculer les primes de coût de la vie qu’ils accordent à leurs expatriés. Parmi ces produits :
  • L’alimentaire : épicerie, produits laitiers, poisson et viande, fruits et légumes frais
  • Les « basiques » : boissons et tabac, articles divers et services
  • Général : habillement, appareils électriques, dîner en ville.
 
Les indices du coût de la vie d’ECA International sont calculés sur la base d’enquêtes menées en mars et septembre. Les informations dévoilées plus haut sont tirées de l’enquête de mars 2009 et mars 2010.
 
L’indice du coût de la vie reflète les dépenses au quotidien. Certains coûts tels que le logement, les services (électricité, gaz, eau), l’achat d’une voiture et les frais scolaires ne sont pas inclus dans cette enquête dans la mesure où ces derniers sont généralement pris en charge à part, par le biais d’indemnités, par les employeurs. Ces postes peuvent faire varier significativement les dépenses.
 
Cette comparaison des coûts de la vie a été calculée sur la base de plusieurs pays développés et reflète un niveau de vie international. D’autres indices disponibles auprès de ECA reflètent des comparaisons spécifiques de ville à ville ainsi que différents niveaux de pouvoir d’achat.

A propos d’ECA International
Spécialiste de la gestion de l’expatriation dans le monde entier, ECA propose aux entreprises des données, des études, des logiciels et un support sur mesure.
Les entreprises possédant peu d’expérience ou trop peu de ressources en interne pour gérer les missions de leurs expatriés, peuvent confier à ECA le calcul des primes et packages et bénéficier de conseil et de services. Les responsables des ressources humaines internationales des grandes entreprises trouvent des informations complètes et des logiciels de calcul sur le site Internet ; enfin les équipes d’ECA rédigent des politiques sur mesure pour les grandes entreprises qui gèrent des milliers d’expatriés dans le monde entier.
 
Contact presse
Agence Grayling
Florence Préault: florence.preault@grayling.com
Ann-Aël Horclois: annael.horclois@grayling.com
01 55 30 71 07 / 01 55 30 71 01

See also